Les feuilles blanches de Simon Schubert

Les feuilles blanches de Simon Schubert

C’est dingue ce qu’on peut faire avec une simple feuille de papier: des fusées plus ou moins aérodynamiques, des brouillons de dessins avortés, des poèmes que l’on sera le seul à lire, des chansons imaginaires, des impressions ratées… Si il en est bien un qui donne l’impression de ne rien gaspiller d’une feuille, une simple feuille en papier, c’est bien Simon Schubert. Ce n’est pas vraiment de l’origami, ni même un effet d’ombres photoshop, mais réellement une maîtrise du froissage qui donne à ces quelques cm² d’inexpressive clarté une profondeur inhabituelle. Que penser alors de tous ces prétendus artistes qui se sentent effrayés par le mythe de la page blanche? Oui: qu’ils n’aient plus peur de froisser du blanc pour chasser leurs idées noires.

simonschubert07

simonschubert06

simonschubert05

simonschubert04

simonschubert03

simonschubert02

simonschubert01

2 réactions au sujet de « Les feuilles blanches de Simon Schubert »

  1. Ping : youyouk

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.