Critique du film Gainsbourg: vie héroïque

Un film, 300 mots, une critique, une bande annonce. Et du spoil aussi!

Ce film est tout simplement à voir, que l'on soit fan ou pas de ses chansons, que l'on aime le personnage ou qu'on le trouve arrogant. Ce film est une histoire avant d'être un panégyrique de l'homme, pourtant décrit sur l'affiche (à tort je trouve) comme un héros. C'est l'histoire d'un homme avec un début, une fin, et tout un tas de rencontres, d'échecs et de succès entre les deux.

J'ai beaucoup apprécié le style de la narration, accélérée par le double de Gainsbourg, un personnage imaginaire et malicieux qu'il s'est inventé durant sa tendre enfance, depuis les heures sombres de l'occupation allemande. Surprenant début pour ce film "gris", dont les 20 premières minutes vous écarterons certainement de l'image que vous vous en faisiez. Point de glorification de l'homme, et vous ne verrez à aucun moment ni fans ni extraits de concerts.

Les femmes jouent un rôle moteur dans cette histoire, et marqueront à chaque fois l'évolution du compositeur. On ne peut pas faire de vraies chansons d'amour sans être soi-même amoureux, et j'ai trouvé que le film mettait parfaitement cela en exergue. Les rencontres influenceront l'artiste, à chaque épisode de sa vie. En revanche, l'alcool et surtout la cigarette seront également de la partie, et auront raison des excentricités de Gainsbourg: rattrapé par son vieil ami (le double), qui l'encourage à faire ce que bon lui semble en dépit du bon sens et de l'amour de sa famille.

Comme trop souvent, l'homme est dépassé par son génie, et ne devient plus que l'ombre de lui même. La fin du film -prévisible pour peu que l'on connaisse un peu le parcours du chanteur- est de plus en plus triste, et toutes les belles histoires évoquées au long des 2h, semblent comme aspirées dans un tourbillon de fumée grise. A voir.

Le seul teaser que j'ai vu avant d'aller voir le film.