L’outil fait le moine

D’aussi loin que je me souvienne, j’entends encore les profs me dire qu’un « bon ouvrier a toujours de bons outils ». Cette idée que l’outil fasse le bon travailleur nourri aujourd’hui encore bon nombre de mes réflexions.

Est-ce la forge qui fait le forgeron? Est-ce la voiture qui fait le pilote, le point d’interrogation la question, et l’argent les Bobos? Car oui, aussi vrai que l’oxygène nous fait vivre, son manque vient rapidement remettre en cause notre capacité à courir un 100m haies.

Autrement dit, ce genre d’ineptie me révolte. Remettre un tel pouvoir de capacité dans la chose, au détriment de son manipulateur, est une forme consentie d’asservissement technologique(pour l’heure), et de nos propres volontés(pour très bientôt). Que penser de la place de l’homme(l’ouvrier… vous vous souvenez?!), qui se rendra compte au petit matin que ses outils n’ont plus besoin de lui? Car ne soyons plus dupes, le meilleur outil qui soit pour les grosses feignasses que nous sommes, ben c’est un outil indépendant(non je n’ai pas dit « Corse »).

Seulement voila, nous autres ouvriers, devenons dès lors que de vulgaires accessoires, des rebuts relégués au rang des antiquités préhistoriques. Les maillons les plus fragiles d’une chaîne de tronçonneuse Stihl. Allumée. Et pleine d’essence.

Un homo sapiens sapiens avec le sentiment du devoir accompli

L’auto mise en abîme de ma réflexion solitaire(au moins ça ne rend pas sourd), m’amène à me dire que le meilleur outil que l’homme n’ai jamais inventé, c’est lui même. Et Sénèque de me souffler que « l’homme est un outil pour l’homme ».

L’homme qui exploite l’homme, c’est habituel. L’homme qui remplace l’homme par une super machine, c’est super dégueulasse. J’en viens d’ailleurs même parfois à regretter les Temps des grands bâtisseurs, vous savez l’époque des pyramides, des cathédrales, bref ces symboles séculaires mais toujours aussi puissants. Zéro chômage, zéro restructuration du personnel, zéro délocalisation(ne me faites pas croire que la muraille allemande post Hot War ait été réalisée par les Chinois).

Bref, cette époque où l’on pouvait aisément affirmer que le meilleur ami du bon ouvrier était le fouet de son bourreau de patron. À ce titre, et afin de marquer mon mécontentement face à cette vulgarisation du progrès, je tenais à préciser que cet article avait été entièrement conçu sur papier recyclé. Avec un stylo à bille. Bleu.

Évidemment, pour des raisons pratiques bien sûr, je l’ai tapé pour le mettre en ligne. Mais n’allez pas penser que je me réjouisse d’utiliser des outils efficaces et simples d’accès pour le plus grand nombre, non non, c’est juste que.. que je n’avais pas assez de timbres pour tout le monde!

Et puis retournez bosser bande de silex!

Un autre homo sapiens sapiens avec le sentiment du devoir accompli