Critique du film Le bruit des glaçons

Cela faisait longtemps que je n’avais pas écrit de billet sur un film vu au cinéma, cela ne pouvait plus durer!

Le bruit des glaçons est un film sur le cancer, ou plus précisément sur l’alcoolisme d’un homme (Jean Dujardin), et de sa rencontre avec le cancer qui le consume, personnifié par Albert Dupontel. A la manière d’une pièce de théâtre, la maladie se retrouve ainsi dans un rôle principal, ou l’affiche se partage équitablement entre l’homme et ses tourments.

Le film traite sans détour de l’alcoolisme, de ses conséquences sur les rapports sociaux et du combat des différents protagonistes contre cette maladie. Réalisé & écrit par Bertrand Blier (les Valseuses), j’ai trouvé l’interprétation des acteurs très juste, et le duo terriblement efficace. Loin d’être une simple diatribe à l’encontre des alcooliques, les situations cocasses et les dialogues ravageurs font du Bruit des glaçons une oeuvre attachante, surprenante et drôle! Sans vous en dévoiler la saveur, j’ai également apprécié le personnage de Louisa interprété par Anne Alvaro, qui ne se contente pas d’être un second rôle, mais bien un élèment indispensable à l’architecture de cette formidable histoire.

Le sujet est lourd, est encore plus percutant dans notre beau pays où la consommation par an par habitant est la plus élevée d’Europe, avec 19 litres d’alcool pur (l’équivalent en moyenne de 133 litres de vin + 64 litres de bière + 2,5 litres d’alcool fort par personne de 15+ ans). Mais je vous rassure, le film est vraiment captivant… et vous promet l’ivresse d’un grand cru de cinéma, classé et classieux mais sans les effets secondaires. Un film à boire à voir 🙂