{Test} Heavy Rain

Une expérience vidéo-ludique extraordinaire: Heavy Rain est à mi chemin entre un jeu et un film. Voila c'est ça, un film dont vous êtes le héros.

19/20

 

Je vais être clair tout de suite: Heavy Rain est une merveille. Je crois bien que c'est la première fois que je ressens avec un ''jeu'', ce que j'éprouve lorsque je lis un livre qui me plaît. Une page, puis deux, puis trois et vous voila embarqués dans une histoire qui vous tient en haleine jusqu'au dénouement. Heavy Rain commence en douceur. Vous effectuez vos premiers pas, vos premiers gestes dans la peau de votre avatar… puis deux, puis trois.

Graphiquement, HR n'est pas aussi abouti qu'un Uncharted 2. Même, certaines scènes manquent parfois de ''fluidité'', de contours au niveau des détails. Mais je titille, et ne nous y trompons pas, l'aspect visuel sera au cours de l'histoire, l'élément qui vous surprendra le moins! Je ne vais pas vous dévoiler l'intrigue, lisez sans crainte,  mais sachez que rien n'est linéaire dans HR, et c'est là sa véritable force.

 

Que se passe t-il quand rien ne se passe?

 

J'ai été fortement marqué par le sentiment de vouloir ''revenir en arrière'', après avoir pris une décision un peu trop hâtive ou suite à une scène d'action qui ne s'est pas terminée comme j'aurais aimé… fort potentiel de re-jouabilité donc, qui s'instaure dès les premières heures de jeu! A tout moment ou presque, vous interagissez avec votre environnement (de façon plus ou moins guidée), et avec votre esprit: interrogez l'intuition du personnage que vous contrôlez afin de prendre la décision la plus adaptée… ou pas. Parler de Heavy Rain n'est pas chose aisée, et c'est une fois qu'on y goûte que l'on comprend pourquoi.

 

Un film-jeu ou un jeu-film, c'est vous qui voyez

 

La jouabilité est à la fois simple et complexe: simple puisque vous aurez à effectuer des actions à certains endroits ou à certains moments clefs en suivant les codes s'affichant à l'écran (oui, un peu à la manière d'un DJ Hero ^^); complexe par l'impact qu'elle implique. Sachez que vous ne mourrez pas dans Heavy Rain. Quand vous échouez, c'est l'histoire qui s'adapte, qui évolue. La trame se dessine donc au fil des choix que vous faites, et je peux vous garantir qu'en terme d'immersion c'est tout bonnement imparable.

Je conseille ce titre à toute personne qui attache de l'importance à l'ambiance d'un jeu. Dans le cas d'HR, on peut même parler d'âme, tant l'expérience est intrusive et impactante dans votre rôle de joueur: si devenir le réalisateur d'un film dont VOUS êtes le héros ne vous fait pas peur, alors n'hésitez pas une seule seconde, et courrez acheter ce formidable livre, film, jeu … bref, Heavy Rain!

Je remercie Playstation France de m'avoir fait parvenir un exemplaire de ce titre que j'attendais impatiemment depuis… depuis Farenheit 🙂

Je relis ce billet et je me rends compte que je n'ai même pas abordé la création du fameux origami de la jaquette lors de l'installation dans la console (…), les différents personnages joués simultanément, l'énormissime boulot de motion-capture réalisé pour le titre, la bande son parfaitement ajustée, l'empathie incroyable éprouvée pour les personnages, et qu'en plus il s'agit d'un jeu (cocorico) français…